Comptes rendus réunions

Procès Verbal de l'Assemblée Ordinaire  - 26/06/2021

Compte-rendu Réunion adhérents en distanciel  - 15/04/2020

1/ Relation Mairie:
 Comme avec d’autres associations dans la ville, Mme la maire à décidé de nommer un référent pour fluidifier les discussions.
- Référent Quartier des Bussys : Mr Bernard Le Dus - Adjoint délégué aux travaux
- Réunion a eu lieu lundi  22 mars avec Lui, Mme La Maire, et Service : Tour du quartier pour exposé des problèmes.
 
Avons évoqué :
- Poubelles des entreprises sur les trottoirs
- Besoin de refaire trottoirs (racine rue des bussys et fievet)
- Non-respect stop et circulation trop importante rue des Bussys,
- Nuisance des camions de livraisons vers Sodexo Spie et Sitram.
- Arrêt du bus 10 à la gare
- Poubelles gare  Ermont-Eaubonne
 
Certains sont en passe d'être résolus, et des travaux importants sur la voirie sont entrepris (rebouchages ++)
En attente de dates pour déviation bus sur les deux jours de travaux prévu.
 
ARBC relayera les problèmes reçus par mail et les réponses de la mairie (via Mr Le Dus)
  
2/ La nouvelle école:
 - Retour de la concertation école des Bussys disponible sur site mairie 
- Terrain définitivement adopté par la mairie pour la construction de l’école
- Etat d'avancement des travaux (retour du Programmiste, Appel d'offres, Choix des 4 retenus)
- Structure Bio, et construction sèche (construction de modules à l’extérieur du site) pour éviter au max les ennuis dans le quartier (embouteillages et camions béton)
- Etudes sérieuses prévues : circulation, vie animale, végétaux, prélèvements végétaux pour replanter sur le terrain après travaux (et ailleurs)
Etude stationnements et circulations douces la mairie est consciente que l’école amènera des problématiques supplémentaires et ne se refuse aucun moyen pour les résoudre (sens unique de circulation agrandissement trottoir, changement des sens de circulation etc….)
- Pas d'utilisation prévue actuellement de la rue Mathilde Burgué: il faudra attendre les travaux d'architectes. 
Seulement si obligation (pompiers par ex.: cela donnera lieu à contreparties.
- Fermeture et réfection de la rue Mathilde Burgué ?

3/ Agrandissement du CDFAS:
- Etat des lieux : envoi lettre ARBC au Département en juillet 2020, relance en décembre, appuyée par lettre mairie. Réponse tardive (janvier 2021) : refus de prise en compte d'un accès au BIP et du recul de l'ensemble de la construction par rapport à la rue.
- Prise en compte de la possibilité d'accès au petit parking par la rue Fievet en plus de la rue des Bouquinvilles, pour désengorger celle-ci les jours d'évènements.
 
- À créer : la Mise en place d’un plan de stationnement les jours de grande manifestation au cdfas afin de ne pas scléroser le quartier
 
- 3ème courrier ARBC pour signifier notre mécontentement et le non-respect de nos remarques: pas de réponse
 
- Le pb est que le temps joue en faveur du Département: la mairie (qui nous appuie) n'a pas reçu les détails demandés en réunion par Mme La maire, mais la mairie ne peut pas refuser in fine de signer un PC (le retarder seulement) car remise du chantier prévue pour JO 2024.
 
4/ BUREAU ARBC : APPEL À CANDIDATURES
 
-  AG : Suivant les statuts tous les 3 ans  il y a remise aux suffrages des adhérents pour le poste de Président et donc de la constitution du bureau . Cela doit se tenir en juillet 2021.
 
- De nouvelles énergies sont donc plus que souhaitées : merci de nous faire part de vos candidatures pour élargir concrètement l’action de l'association.
 
- Notre association  est née contre un projet imposé qui ne respectait rien, et impactant pour tous la vie de notre quartier.
Cela est terminé même si nous devons toujours être vigilant sur le nouveau projet.
 
- Toutefois notre quartier à d’autres problématiques et à été souvent délaissé par les municipalités précédentes,  entraînant un besoin d’actions et de remises à niveau important.
 
- L’association peut également évoluer vers un vivre ensemble dans un quartier à taille humaine avec des projets à mettre en place comme par exemple :
 
Information régulière sur la ville ou proche
Echange de site ou balade a faire
Journée à thème pour nos adhérents
Etc…


Compte-rendu Réunion adhérents - Actions menées, Recours - 11/01/2020

ASSOCIATION A.R.B.C.
Compte rendu de la réunion du 11 janvier 2020

 
Le Président de l’Association, Lionel Ménard présente les activités et événements advenus depuis la dernière réunion, le 22/09/2019.
 
-  Rencontres, organisées à leur demande, avec les principales listes d’opposition :
-  « Une alternative pour Eaubonne » menée par Corentin Le Fur
-   « Eaubonne notre ville » menée par Marie-Josée Beaulande
Prise de contact, présentation du terrain de l’école « Sud » et proposition alternative ARBC pour une école nature.

 (À noter que la liste « Mieux vivre à Eaubonne » n’a pas exprimé le souhait de nous rencontrer). Les comptes-rendus de ces réunions seront très prochainement dans l’espace adhérents du site de l’association.

 
- Présence de certains membres du bureau à quasiment toutes les réunions de préparation, et de lancement de campagne de ces 3 listes


-  La situation désastreuse du maire actuel avec comme point d’orgue le conseil municipal du 12 /12/19, où tous les projets (et notamment le PUP pour financer l’école Sud) ont été rejetés, et à la fin duquel son équipe, mise en minorité sur tous les points décisifs, a décidé de quitter les lieux pour éviter qu’un dernier point, concernant le retrait de certaines prérogatives du maire, devenues dangereuses pour la ville, ne soit débattu et voté.


- Le recours suspensif des travaux de démolition envisagé suite à une rumeur qui a mobilisé bien au-delà de l’association (présence de Jacques Rioland, et article dans la gazette du Val d’Oise). Un courrier a été envoyé au Préfet lui demandant son intervention auprès du maire actuel pour un arrêt total de toute intervention sur le terrain d’ici les municipales.

La Trésorière de l’Association, Cécile Le Meur présente l’état des comptes

 
-         Les comptes ont été arrêtés au 31/8/2019 pour la première année d’existence de l’ARBC, le solde bancaire à cette date était d’un montant de 619,92€

-         À cette date, le compte bancaire a un solde de 822€ (dont 445 euros versés par anticipation par certains adhérents en prévision de la suite de la procédure).
 
Les comptes sont approuvés à l’unanimité des adhérents présents.
 
Lionel Ménard reprécise les frais d’avocat : 1200€ ont été versés pour le recours au tribunal Administratif du 8/10/19.
Si le recours se poursuivait avant ou après les élections municipales, il y aurait 1 mémoire à faire (1000€) suivi d’un 2ème éventuel, avant jugement définitif.
 
 

Rencontre du bureau avec les listes de M. Le Fur et de Mme Beaulande

 
En réponse à nos interrogations concernant la suite des évènements en cas de leur élection, les 2 candidats se sont positionnés et sont quasiment sur la même position :
-         Annulation pure et simple du projet actuel
-         Paiement du dédit à l’architecte de 50 000 à 80 000€
-         Élaboration d’un nouveau projet, en concertation avec les personnes concernées
-         Pas de gymnase, chacune de ces listes s’est positionnée depuis pour une « petite » école, sans gymnase, intégrée au quartier actuel.
-         Ré-étude de l’utilité d’un centre de loisirs à cet endroit, sur l’idée d’une déconnexion nécessaire pour les enfants entre lieu d’apprentissage et de loisirs, pour l’instant, rien d’écrit … à suivre.
Évidemment, la situation pourrait être différente si la commission d’attribution des travaux était votée favorablement au projet actuel : multiplication des dédits et situation très difficile pour l’équipe municipale de faire machine arrière. Ils nous ont assuré qu’ils feraient tout pour bloquer le projet en commission, à suivre aussi donc…
 

Proposition du bureau ARBC de ne pas faire de recours suspensif
Par Lionel Ménard

 
Nous avons demandé l’avis de notre avocat Me Lalanne sur l’opportunité d’établir un recours suspensif concernant les travaux de démolition.
 
Sa réponse est  que cela est difficile et hasardeux car le permis de démolition est dissocié du permis de construire sur lequel nous nous sommes basés pour établir le recours TA actuel. 
 
Seul celui-ci a donc été contesté et il est certainement trop tard pour attaquer le permis de démolir. Aucun référé de suspension ne peut donc non plus être engagé. 
 
Tout au plus faudrait-il dissocier les maisons à démolir des coupes d’arbres mais le chemin est étroit. 
 
Il n’en reste pas moins que l’article de presse (gazette du Val d’Oise) évoque la position de la commune (aucuns travaux prévus à ce jour, malgré la rumeur) et il serait certainement difficile pour le maire de faire maintenant autrement. 
 
Tout au plus faudrait-il l’interpeller officiellement sur le point de savoir s’il entend démolir les maisons / couper les arbres ou si rien n’est effectivement prévu avant les élections. 
 
De plus, nous avons appris que devait être déposé au préalable à tout recours suspensif, un recours en annulation du permis de démolir, sous peine de rejet pour vice de forme (Jacques Rioland)
 
Il ne nous paraît donc plus trop nécessaire d’engager des frais supplémentaires sur un hypothétique recours suspensif concernant la démolition, il a été plutôt décidé de garder les fonds pour la suite possible du recours TA actuel, concernant le projet de construction.
 
 
 
 
 

Présentation de la proposition ARBC du projet alternatif d’école nature
Par David Di Filippo

 
Dans les grandes lignes, ce projet, s’appuyant sur ce qui est de plus en plus expérimenté en France, présente une école construite aux normes écologiques, idéalement à ossature bois, et chauffage en puits canadien et géothermie, avec comme axes majeurs les classes en périphérie du terrain, sous butte arborée, avec puits de lumière, et cours de récréation intérieures traitées phonétiquement.
 
En outre seraient préservés les arbres côté sud-Ouest et rue des Bussys comme endroits naturels permettant l’éducation des enfants à l’écologie et à la reconnexion à la nature.
 
Le détail sera très rapidement accessible, ainsi que les comptes-rendus de réunion, sur l’espace adhérent du site ARBC : association-arbc.fr, accessible par mot de passe.
 

Information aux adhérents de la décision de certains membres du bureau

 de prendre part aux listes de candidature existantes pour les prochaines municipales

 
ARBC tient à rester une association apolitique, croyant en la possibilité de défendre et élaborer ensemble des projets communs, en alliant nos différences, au delà de toute appartenance à un parti politique quel qu’il soit.
 
Depuis Septembre 2018, nous avons participé à la vie associative de la ville, et s’est développé dans le bureau de l’association, un intérêt grandissant à y prendre part, afin de contribuer à améliorer les problématiques du quartier des Bussys dans son ensemble, puis de la ville en général.
 
Il nous semble naturel, en gardant bien évidemment ARBC prioritaire, de s’impliquer sur les listes pour pouvoir :
1/ contribuer activement à changer le régime actuel imposé par le maire
2/ après les élections et quels qu’en soient les résultats, être plus à même de continuer efficacement notre action au sein d’une équipe représentative de ce que nous souhaitons pour nous, les enfants, le quartier et la ville dans son ensemble.
 
Appel renouvelé aux bonnes volontés pour aider à la bonne marche de l’association
 
Pour arriver aux résultats actuels, beaucoup de temps a été pris et beaucoup d’énergie a été investie.
Nous sommes toujours trop peu au sein du bureau pour faire face à toutes les problématiques qui se profilent dans cette période d’élections municipales pourtant décisive pour les 6 prochaines années…
 
En élargissant l’équipe, nous pouvons répartir les charges à traiter, les rues où déposer les tracts sur une plus grande superficie, et traiter les problèmes plus en profondeur, nous renouvelons donc notre appel aux bonnes volontés pour :
 
-         Aider à l’élaboration des textes d’information de l’association
-         Aider aux photocopies en nombre
-         Aider à la distribution des tracts
-         1 place au bureau est toujours vacante
 
Et surtout, nous remercions chaleureusement toutes celles et ceux qui se sont déjà proposés, nous vous contacterons.


La fin de réunion a été animée de discussions entre adhérents sur tous ces sujets, avec dégustation de galettes.
 
 
 
 
 
 
 

Compte-rendu réunion publique - Extension du CDFAS – 23/09/2019

Étaient présents :
-            Mme Christin : Présidente du CDFAS et vice-présidente du conseil départemental,
-            Aurore Jacob : conseillère départemental du Val d’Oise,
-            Mr Zumaglia : directeur du CDFAS,
-            Mr Dublineau : maire d’Eaubonne,
-            Mme Roussel : Chargé du patrimoine départemental 
 
Cette réunion d’information est la 2ème organisée sur ce sujet d’extension
La 1ère  ayant eu lieu début 2019

Mr Zumaglia présente le CDFAS :
 
·   Pôle d’entraînement pour les athlètes de haut niveau qui reçoit  250 000 visiteurs et 80 manifestations/an
·   Internat pour certains athlètes (dont sport étude)
·   « Base arrière » des délégations internationales
 
 L’objectif de l’agrandissement : Coût 12 Millions d’Euros.
 
Actuellement le CDFAS a 25 ans, ses structures commencent à être obsolètes, et ce sera l’occasion aussi pour réhabiliter les bâtiments existants en en agrandissant la surface totale


-            Pas de nouvelles infrastructures sportives (terrains ou salles)
-            Augmentation de la capacité du nombre d’hébergement
-            Augmentation des salles de formation (trop petites actuellement)
-            Amélioration des lieux de vie pour les athlètes (dont capacité restauration)
-            Création d’un espace de récupération afin de répondre aux besoins technologiques actuels (centre de Kinésithérapie, …)
-            Création d’un parking de 120 places destiné aux utilisateurs réguliers du CDFAS avec sécurisation à l’entrée (badge)
 
 
 
Travaux & Circulation
- Aménagement d’un parking de 120 places en plus des150 existantes.
 
- Les bâtiments dans la zone jaune seront modifiés et/ou surélevés, d’où une grande inquiétude des voisins mitoyens.
 
- La création d’une entrée/sortie directe par le BIP n’est pas envisageable pour des raisons de circulation interne jusqu’au parking situé trop loin, de coûts, de modification des installations déjà existantes…
L’unique option aurait été de faire une sortie vers Saint Gratien (Bd de l’entente) ou Ermont (rond-point de la rue du Grand Grill), mais la zone de passage a déjà été prévue pour bâtir 146 nouveaux logements…
 
- Les bus entreraient donc toujours par la rue des Bouquinvilles ou par la sortie BIP Alouettes, et repartiraient pour la plupart, par la rue des Bussys et la gare…
 
Les riverains ont protesté quant au passage des poids lourds qui circulent dans ces rues trop étroites, qui font trembler (dixit un riverain rue des Bussys) les maisons.
 
Mr Ménard, président ARBC a demandé expressément que le département, instigateur des travaux comprenne la problématique du quartier et cherche vraiment une solution viable pour que les camions ne passent plus dans la boucle Bussys-Bouquinvilles-Fievet.
 
Divers
 
Ont aussi été évoqués les problèmes suivants, dus au CDFAS :
 
Encombrements massifs en juin dernier :
Un colloque sportif (de Sciences Po) y avait été organisé à titre de coup d’essai courant mai, qui ne se renouvellera pas, du fait de l’encombrement de plus de
40 cars Pullman dans le quartier, et de l’attitude des jeunes participants, très éloignée de « l’éthique du sport » … (alcool et situations dégénérantes)
 
Bruits :
Plusieurs voisins directs se sont plaints du bruit lors des manifestations ou le soir jusqu’à tard dans la nuit.
 
Mr Zumaglia a répondu que la structure possédait un décibel-mètre et qu’à priori, ils étaient en deçà de la limite, mais qu’il comprenait parfaitement les désagréments ressentis, et a incité chaleureusement les voisins à téléphoner au standard ouvert 24/24 et qu’il ferait le nécessaire, si possible, au coup par coup.
 
Inquiétude concernant l’augmentation de la capacité de restauration : augmentation des déchets ?
La restauration est effectuée en interne avec une volonté de réduction des déchets  (diminution de 30%).
Il n’est pas prévu que l’augmentation de la capacité de restauration entraine la modification des tournées de ramassage actuelles des ordures ménagères
 
Planning
 
4 architectes y travaillent et doivent livrer leurs projets début 2020.

Une réunion a été proposée pour septembre 2020, jugée beaucoup trop tardive par les riverains présents.
En conséquence, le conseil départemental doit étudier la possibilité d’une réunion en Janvier 2020 mais la problématique invoquée par les organisateurs concernant cette date est l’intervention extérieure à la commission sur les projets avant choix du Lauréat et donc problème d’équité possible.
La date reste en suspens.


Fin du CR
 
 
 
 

Compte-rendu réunion adhérents - Rentrée – 22/09/2019

Étaient présents :
Lionel, Caroline et Aurélien Ménard, Vincent Limouzin, Sylvie Delapierre, Cécile et Florent Le Meur, Marie Odile Arnau, Pierre Bonnet, David et Fadila Di Filippo,  Jean et Jacqueline Castro, Eric Caillet, Thierry Cartier, Valérie Duhamel, Jean Paul Le Strat, Sam Benzaqui, Anne Marie Frachot, Edwige Delafenêtre, Christian Vuillardot, Michel Caïs, Omar Benouamer, Alexandre Machado, Monique Manilève, Nathalie Dessemond.
 
Ordre du jour :
-  Finalisation des mandats de représentation des adhérents à Me Lalanne, avocat de l’association pour le futur recours au tribunal.

Mme Arnau, membre du bureau, a regroupé les mandats des 21 recours répertoriés, tout est prêt pour apporter les documents à notre avocat Me Lalanne qui finalisera le recours au nom de chacun.

-  Renouvellement des adhésions pour l’année scolaire 2019-2020
L’association a accueilli 3 nouveaux foyers adhérents à ce jour, le nombre total d’adhérents est de 57 représentants 31 foyers.
-  Historique de la 1ère année, proposition de stratégie de communication future et demandes d’implications des adhérents à la vie de l’association.
 
L’association :
Mr Ménard retrace les différentes étapes de l’année passée et ce que nous avons appris au cours des nombreuses réunions (avec la mairie, en Comité de pilotage, avec divers interlocuteurs rencontrés).

Nous avons aussi été consultés pour plusieurs articles du « Parisien » au sujet du projet de la future école ainsi que pour les problèmes d’environnement et d’écologie.


Il en ressort qu’au-delà de la problématique de l’école, c’est tout le quartier des Bussys qui a été trop longtemps laissé pour compte (circulation, voirie, sécurité…)


ARBC a donc décidé d’élargir son action au quartier comme force d’intervention active auprès des instances et sur tous les problèmes d’extensions immobilières de ce quartier pavillonnaire.
 
La mairie :
Mr Ménard a aussi retracé les problématiques financières de la commune qui a tenté à 2 reprises de faire voter un budget municipal endettant la ville de 15 à 20 millions d’euros, impossible à accepter car plombant la ville pour les 15 prochaines années.


La chambre des comptes a donc imposé un budget a minima, qui couvre les frais de fonctionnement de la commune pour cette année et quelques menus travaux.


Il est vrai que les maires subissent une pression énorme du département pour accroître les populations (30000 habitants à Eaubonne d’ici 2030).

Mr Dublineau veut étoffer le côté sud de la gare (la plus importante de toute la région Parisienne).


Par exemple, la décision prise de développer les circulations douces nous paraît en soi une bonne chose, mais imposer pour cela, et sans aucune concertation, l’interdiction à toutes les voitures des riverains de la rue des Bussys de se garer le long du trottoir est vraiment néfaste et contreproductive.
 
Le quartier :
ARBC commence, après seulement 1 an d’existence, à avoir un réel poids :
- invitations aux réunions sur les problématiques du quartier (agrandissement du CDFAS et à celle de la gare d’Ermont Eaubonne).
- consultation dans le cadre des travaux de canalisations d’eau du SEDIF.
                

Le CDFAS va s’agrandir : une réunion d’information s’y est tenue le lundi 23 septembre, nous vous en ferons un compte rendu dès que possible


La gare d’Ermont-Eaubonne est la plus importante de toute la région Parisienne (40000 personnes le matin) où sévissent agressions, cambriolages et trafics de drogues) il y a encore du travail pour coordonner les polices ferroviaires, municipales et nationales qui ont chacune leur prérogative souvent non compatible.
 
Nous demandons qu’un poste de police municipale soit présent à demeure à la gare et puisse intervenir aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la gare.

- Une demande d’autorisation Préfectorale aurait été déposée pour allier et coordonner les diverses polices dans ce secteur.


Les semi-remorques qui livrent la Sodexho rue des Bussys très tôt le matin, stationnent sur les trottoirs, moteurs allumés. Les riverains voient leur sommeil et celui de leurs enfants perturbés. Malgré cela, leurs plaintes se sont soldées par une fin de non-recevoir de la mairie.
 
L’école :
Le recours gracieux ayant été rejeté début août par la mairie, nous nous trouvons contraints d’entamer un recours au tribunal administratif prochainement.
Ce recours risque de courir sur une période beaucoup plus longue que les 2 premiers : 1 an minimum aux dires de notre avocat au tribunal de Pontoise…
Mais il n’est pas suspensif des travaux et le maire peut parfaitement décider de les entamer.
Il a d’ailleurs lancé un appel d’offre le 03/09/2019 pour commencer les travaux au premier trimestre 2020. Notre chance est que, faute de fonds suffisants (budget nettement revu à la baisse), la commission d’appel d’offre chargée de voter les crédits refuse, d’autant plus si un recours au tribunal est engagé.
Pour l’instant cette commission compte 5 personnes dont 1 seule en faveur du maire…
Compte-rendu réunion de rentrée – adhérents – 22/09/2019
 
Les 3 listes électorales qui nous ont consultés en vue des municipales, nous ont toutes assurés de leur volonté, si elles arrivent à la mairie, de remettre à plat le projet, en payant un dédit à l’architecte Badia-berger : promesses électoralistes que nous veillerons à ce qu’elles soient concrétisées, sur les projets de chacun d’eux début 2020.
Les 3 listes rejettent l’idée d’un gymnase à cet endroit.
Il y a aussi à prendre en compte la fluctuation des flux d’élèves dans les écoles et lycées (surchargés actuellement) sur une période de plusieurs années, qui a, en ce moment, tendance à baisser chez les petits (3 classes de maternelles ont fermé cette année… pas assez d’enfants).
Il vaudrait mieux se pencher sur l’étude urgente de la carte scolaire.
Une réunion est prévue le 7/10, le recours sera déjà déposé, mais le bureau a accepté quand même.
 
Recours au tribunal :
 
Me Lalanne, avocat d’ARBC doit finaliser cette semaine un texte détaillé pour le recours au tribunal, celui-ci est porté par l’association aux noms de chaque foyer adhérent ayant rempli et fourni les papiers nécessaires à sa représentation par Me Lalanne.
21 foyers adhérents ont pour le moment rempli les documents nécessaires, et nous les lui apporterons en main propre début octobre.
Il reprend les arguments du recours gracieux, notamment celui d’utilisation d’une voie privée, sans l’accord des riverains.
Nous le mettrons à votre disposition pour consultation sur le site de l’association, et vous le ferons bien sûr parvenir,
une fois celui-ci envoyé.


Proposition d’une stratégie « élargie » :
 
1/ Communications futures :
Mr Limouzin expose les idées du bureau pour faire entendre encore plus notre voix
Il explique qu’il faut donc pour l’association rester très vigilante et motivées pour :
 
a/ redire que nous ne sommes pas contre une école, mais pas pour ce projet tout-béton. 

Nous avons pris connaissance d’autres projets scolaires dans le département qui allient enseignement et écologie, sensibilisation à la nature (éco-école de Bessancourt) qui nous paraissent intéressants à proposer.
b/ informer au maximum sur les problèmes du quartier, en proposant des solutions, et surtout en restant très actifs : parler aux voisins, donner son avis. Nous continuerons à distribuer les tracts sur les problématiques dans le quartier des Bussys.
c/ informer beaucoup plus largement les Eaubonnais en général
 
Cette démarche nécessitera de photocopier beaucoup plus d’exemplaires de tracts et une équipe de volontaires plus étoffée pour les distribuer (boites aux lettres, marchés etc.)


Cela nécessite une plus grande implication de chacun des adhérents, 

une feuille a été remise en réunion pour que chacun puisse proposer une aide, comme il peut pour soutenir le bureau, déjà très sollicité.
 
Une copie de ce document est jointe au présent courriel
Merci à l’avance de votre réponse,
même temporaire, votre participation sera précieuse !
 
 
2/ Établir un cahier des charges : une proposition alternative d'école


Il nous faudrait exposer clairement ce que nous voulons comme projet d’école.
L’idée est de proposer d’ici fin 2019 un cahier des charges précis pour préserver notre cadre de vie (vue, circulation), l’environnement (type d’école, écologie) etc…
Définit dans les grandes lignes en réunion par le bureau, il fera l’objet d’un sondage auprès de tous les adhérents pour connaître l’avis de chacun.
Ensuite, nous demanderons que ce cahier des charges soit pris en compte dans les programmes des candidats début 2020.
 
3/ Nouveau site internet :
 
Un nouveau site association-arbc.fr est en cours de finalisation, vous y trouverez l’intégralité des tracts de communication de l’association, tous les articles de journaux nous concernant, ainsi que ceux sur les derniers conseils municipaux mouvementés.., les news en page d’accueil (réunions, avancées) et surtout les comptes rendus, statuts, règlement intérieur, papiers, photos dans un espace adhérents privé, vous pourrez aussi y déposer toute rédaction d’article, photo que vous destinerez à être publiée.
 
 
Fermeture de la rue Mathilde Burgué :
 
Notre avocat a validé cette démarche sur la base d’une indivision de copropriétaires
- 1 copropriétaire = 1voix
Elle ne nécessite qu’une déclaration de travaux demandée auprès de la mairie par chacun des copropriétaires.
Un règlement intérieur d’indivision sera nécessaire au préalable.
 
Fin du compte rendu

Compte-rendu réunion de l'Assemblée Générale Extraordinaire – 25/05/2019

ODJ et décisions:
Finalisation des mandats de représentation des adhérents à Me Lalanne, avocat de l’association (pour les recours futurs)
 
Mme Le Meur, trésorière, a regroupé les papiers des 21 recours répertoriés, tout est prêt pour apporter les documents à notre avocat Me Lalanne qui finalisera le recours au nom de chacun.
 
- Renouvellement du poste de secrétaire suite au retrait de M. Nicolae 

et d’un poste de membre du bureau suite au retrait de M. Nicodème


Election de Mr Vincent Limouzin au poste de secrétaire de l’association
- Proposition a été faite dans ce sens aux adhérents volontaires de faire partie du bureau afin de participer de manière plus active aux travaux de l’association (apport d’idées, courriers, tracts, nouvelles capacités dans tel ou tel domaine) :
- Une place vacante est toujours à pourvoir !
- Si vous êtes volontaire, n’hésitez-pas à vous faire connaître


- Recours gracieux au permis de construire:
Me Lalanne, avocat d’ARBC a établi un texte détaillé de 19 pages pour le recours gracieux, celui-ci est porté par l’association aux nom de chaque foyer adhérent ayant rempli et fourni les papiers nécessaires à sa représentation par Me Lalanne.


21 foyers adhérents ont rempli les documents nécessaires, et lui seront apportés en main propre lundi 27 mai à son cabinet.
D’ores et déjà, le recours gracieux fait état de beaucoup d’irrégularités de 2 types :


- externes : par exemple, un budget supplémentaire doit être débloqué suite au non respect de certaines normes :
La mairie doit faire mention de ces modifications en conseil municipal, il n’en a rien été jusqu’à ce jour.


- internes : par exemple, les normes des accès des pompiers sont non respectées, la rue Mathilde Burgué est trop étroite, à moins d’y interdire tout stationnement (!) et le rayon du virage trop court (8 m contre 11m demandés) pour le passage des camions.


Les places de stationnement du parking sont en nombre très insuffisant, ne serait-ce que pour le personnel (18 contre 36 nécessaires)


Nous mettons à votre disposition pour consultation auprès de Mr Ménard, le projet de lettre de recours par l’avocat. Une fois finalisé par celui-ci, nous vous le ferons bien sûr parvenir, dès l’envoi au maire.


En cas de rejet de ce recours gracieux, les adhérents d’ARBC auront ensuite 2 mois à compter de la date du refus pour établir un nouveau recours, cette fois-ci auprès du tribunal administratif.


- Informations sur l’activité de l’association, nouvelles globales de la ville


Maire et équipe municipale :
Le budget 2019 a été rejeté  par 2 fois en conseil municipal la chambre des comptes devrait, si le préfet valide la décision de ses refus, prendre les décisions budgétaires pour mener les projets cette année :
L’information au préfet des 21 recours gracieux devrait a priori lui faire mettre de côté le projet d’école-Sud, au moins pour cette période…


- Discussions avec certains élus :
Le bureau a rencontré différents élus.
Ils nous ont confirmé une pression énorme exercée sur les mairies par le Département pour densifier. Le PLH (Plan Local d’Hébergement) prévoir d’orres et déjà la construction de 1000 logenments supplémentaire d’ici 2023, et le double à l’horizon 2030 !
Ils nous ont aussi donné une information dans ce sens, concernant le champs de courses d’Enghien, plus que convoité par les promoteurs… En ajoutant que toutes les infrastructures (accès, voirie etc…) induites seront à la charge de la commune.
Ils nous ont ârlé dans ce sens du Projet Départemental de l’agrandissement très probable de la chaussée Jules César…
Le mode opératoire de la mairie pour obtenir les grands terrains est d’en bloquer tout projet de découpage :
Refus de division (rue des Bussys et Chaussée Jules César) motivés pour les raisons plus que discutables, clôture remarquable pour l’un, arbre remarquable pour l’autre. Ceci laissant libre accès aux promoteurs, une fois le PLU modifié, d’en proposer le double du prix aux propriétaires vendeurs.
C’est ce qui s’est passé sur la route de Margency, où la vente de 2 grandes propriétés a donné lieu à la construction d’une pyramide de 7 étages…
 
Concernant le projet d’école :
Un des élus nous a assuré que la mairie n’ayant pas les finances nécessaires d’ici 2020, la meilleure méthode pour sortir de l’impasse serait d’abandonner la construction du gymnase (3 millions d’économie + 450 000€ de frais de fonctionnement annuels), et de trouver une possibilité de convention d’utilisation d’installations sportives, avec le CDFAS.


Il nous semble important d’avoir les points de vue des différents acteurs politiques de notre ville, afin de nous donner une idée sur l’évolution du projet, tout en restant apolitique. À chacun de se faire son avis évidemment.


École et quartier des bussys : Réunions & Permis de Construire :
Négociation :
Les 13 points de négociation étaient de fait préliminaires à l’acceptation du permis de construire,  les accords ARBC-mairie inscrits dans celui-ci, le permis ayant été accepté de manière unilatérale par Mr Dublineau, maire d’Eaubonne: la négociation n’a plus de raison d’être actuellement.


De toute façon, le maire est inflexible sur la présence du gymnase, et du remboursement des frais que l’association a déjà engagé.
Il est également contre la prise en compte de l’enfouissement des réseaux pour les voies privées
À ce propos, Mme Dessemond objecte que si on acte que la mairie assure le passage des poubelles et le nettoyage de la partie de la rue Chopin qu’elle habite (vers la rue des Bussys à partir du resserrement), cela pourrait servir de « porte ouverte » à la mairie : pour passer cette voie en statut publique sur sa totalié et faire un alignement sur toute la rue Chopin.
Elle s’y oppose formellement, ce que nous comprenons parfaitement.


Par contre, le maire serait d’accord pour:
- la fermeture possible de la rue Mathilde Burgué,
- une participation à la réfection de cette rue après travaux, et son entretien…,
- le maintien d’un COPIL pendant la durée des travaux et la sauvegarde des espèces vivants sur le site…( !) 
Attention, la négociation n’a aucune réelle valeur contractuelle à partir du moment où il n’y a pas d’écrit. Notre avocat nous conseille de laisser en suspens et d’attendre que la mairie revienne vers nous. Nous rappelons que la négociation est intervenue après la deuxième lettre au préfet.
 
Permis de construire :
L’association a demandé et obtenu les textes complets du permis de construire, ainsi que les plans en format A1 et A0 (grands formats) pour en analyser les détails.
Le projet d’école drainerait, suivant le permis de construire, non pas seulement 300 enfants, mais 444 personnes en comptant les utilisateurs de la salle polyvalente
Curieusement, le nombre de personnes prévues utilisant le gymnase n’a pas été comptabilisé…
Il y est fait mention de 2 chaudières à gaz , cependant elles n’apparaissent pas de manière explicite sur les plans. Qu’en est-il de son idée de géothermie énoncée lors d’un COPIL ? D’ailleurs les études de sol préliminaires prévues début mai n’ont toujours pas eu lieu…
Nous avons appris la présence d’un bassin de rétention de 250 m3 placé sous le parking gymnase,préconisé par la SIARE, qui servirait à éviter l’inondation de la rue des Bouquinvilles par les eaux ruisselantes.
 
Réunions COPIL (Comité de Pilotage) :
Interdiction de stationnement projetée sur la rue des Bussys :

Le bureau a assisté aux diverses réunions concernant le projet de l’école, à cette occasion, nous avons appris que d’autres aménagements viendront se greffer en plus, augmentant très largement les problèmes déjà existants dans le quartier des Bussys (circulation, stationnement, etat de la voirie, espaces verts etc…)


Prétextant le développement de circulations douces dans le quartier des Bussys, la mairie projette de faire des pistes cyclables (en fait, des marquages au sol… la largeur des rues ne permettant pas plus).


Pour ce faire, plus aucune place de stationnement ne sera possible sur toute la longueur de la rue des Bussys (au prétexte que l’équipe municipale a attesté que chaque riverain peut entrer sa voiture dans son jardin !!! quid des visiteurs, et surtout quid des possibilités de stationnement des voitures de parents d’élèves qui, quoiqu’en disent les équipes de la mairie, utiliseront leur voiture dans leur grande majorité) Ceci est une piste de travail de la commune . 


Agrandissement du CDFAS et gare routière :
- 15 millions d’euros ont été débloqués par le département pour l’agrandissement du CDFAS, en prévision de l’accueil d’équipes sportives plus importantes à l’occasion des JO 2024 et le CFA rue des Bouquinvilles qui va doubler en agrégeant celui de Cergy. Une gare routière ( Ouibus, Flixbus etc…) est aussi en projet autour de la gare d’Ermont Eaubonne.


Face à ces projets démesurés pour le petit quartier des Bussys déjà bien chargé, nous avons proposé des solutions pour qu’il ne soit pas asphyxié :
- Ouverture d’un accés direct  au CDFAS (entrée/sortie) à partir du BIP, ou du rond-point du stade Hidalgo (projet déjà proposé il y a une dizaine d’années)
- Panneaux d’interdiction aux + de 7,5T dans la boucle Bussys – Fievet - Bouquinvilles.
Nous sommes d’ailleurs toujours à l’écoute d’autres propositions constructives de la part de tous et toutes, qui seront toujours bienvenues, merci !
 
Caractère privé et fermeture de la rue Mathilde Burgué:
Me Cartier demande à remettre un panneau « voie privée », et Mr Lestrat suggère la fermeture effective de la voie le plus tôt possible, comme symbolique forte de notre détermination.
Mr Ménard, Président d’ARBC, dit que cela sera possible , en respectant les procédures d’usage. Des démarches seront entreprises après confirmation de l’avocat sur les procédures à mettre en place. Une concertation avec les riverains sera mise en place afin de présenter le détail des démarches (Sondage, devis…).
Me Lalanne nous a assuré qu’aucun syndic n’était obligatoire pour une telle opération.
L’idée est d’en faire la demande le plus tôt possible au service urbanisme de la mairie, ensuite, on aura 2 ans pour le réaliser, ce sera un moyen de pression supplémentaire pour se faire entendre par la mairie (comme pour Jules Ferry, la co-propriété de la rue Schuman qui, menaçant de fermer la rue à 1 mois des travaux de réfection du collège, a obtenu (curieusement) un rendez-vous dans les 24h avec la mairie et le département, débloquant ainsi plus de 8 années de statu quo !
Mr Di Filippo dit qu’ARBC commence a vraiment avoir du poids, par son action, mais aussi par sa communication (tracts) qui porte ses fruits, en rappelant constamment les problèmes posés par cette école : présentation de l’édition 12.
Nous sommes toujours à la recherche de votre aide pour en faire les photocopies et en assurer les distributions.
Élargir l’équipe  allégera vraiment les personnes qui ont œuvré jusqu’à maintenant,
Merci dès maintenant pour vos propositions,et surtout de votre soutien !!!
 
Fin de l’AG Extraordinaire
 
 

Compte-rendu réunion publique - A la rencontre des Eaubonnais – 25/04/2019

Étaient présents : Mme Meney, Mme Charbonnier & M. Dublineau Maire d’Eaubonne
Les habitants des quartiers de l’Alliance, des Bussys, ARBC, Gilles Thuillier conseiller municipal (présent à titre personnel) ainsi que 2 collaboratrices de M. le maire.
38 personnes au total (3 personnes du mont d’Eaubonne, 1 personne du Luat, au moins 18 du quartier des Bussys, les riverains de l’Alliance et de Paul Bert)
Note ARBC : C’est encore assez peu comme nombre d’habitants pour « faire poids » et être crédibles, mais c’est beaucoup mieux que les 17 présents à la réunion précédente (salle piscine des bussys)
Souhaitons qu’une dynamique s’installe : plus nous serons, plus nous serons écoutés !

ODJ :
-  Actualités du Quartier Paul Bert
Choix est donné entre 

- La projection d’un slide préparé par la mairie 

- L’ouverture directe de la réunion par les questionnements des gens présents, ce qui est choisi.


Les questions ont été de 3 ordres :
- 1/ Processus de concertation de la mairie : Personne n’est informé en amont, et absence totale de concertation des riverains impactés
- 2/ L’école Paul Bert : Pb de fermeture abusive de la barrière, là encore…, sans concertation des riverains.
- 3/ La sécurité aux abords de la gare d’Ermont Eaubonne


PROCESSUS DE CONCERTATION
-          a/ Mr Pelin, Président du Quartier Paul Bert : 

Personne n’est informé en amont des projets, et absence totale de concertation des riverains impactés
« Est-ce que vous envisagez M. le Maire une nouvelle sorte de concertation plus pertinente ? »


-          Réponse de M. le Maire : « Tout est ouvert, tout est perfectible » (!)


Il dit se rendre compte du caractère indispensable de donner une autre dynamique aux conseils de quartier, en lien avec les associations. « Pour les projets du Castel et de l’école des Bussys, quelque-chose s’est mal passé ».
« Il n’est pas facile pour un élu de mener de vrais projets compliqués », 

« mais ne pas les prendre en tant qu’élu, c’est aller droit dans le mur »


En fait, rien n’est de sa faute, et il masque son manque de volonté politique de concertation en amont par des impératifs dictés par les instances supérieures, « auxquelles il ne pourrait se soustraire sous peine d’aller à la catastrophe ».


Et de plus, il semble se protèger pour le futur : si les choses continuent d’aller mal, ce sera aussi de la faute des commissions de quartier et/ou des associations qui n’auront pas bien fait leur « travail »


En fait : À aucun moment il n’envisage une remise en question de politique personnelle: droit dans ses bottes !

Il lui a été reproché aussi un manque de décence dans sa communication :
Qu’appelle-t-il devrais projets compliqués ? Il ne lui vient même pas à l’esprit que les citoyens que nous sommes, ses administrés, puissent être à même d’aider à résoudre ce type de problèmes: il ne nous consulte jamais en amont. 


Cynisme, infantilisme ou défiance ?


Mme Charbonnier dit pour sa part qu’elle n’a pas à rendre de compte: elle se trompe lourdement,
et surtout sa réaction dénote une ambiance plus que délétère au sein de l’équipe municipale, en tout cas, de certaines personnes choisies par le Maire. 


Il lui a été reproché aussi une rétention d’information sur les sujets abordés:
De multiples doléances d’envoi de documents aux services de la mairie ont été faites, à plusieurs reprises, et parfois en réunion, et personne n’a jamais rien reçu: y aurait-il une ambiance globale de défiance telle, que tout reste confiné au sein des locaux de la mairie, obligeant ainsi les administrés à réclamer à plusieurs reprises ce qui leur a été promis en réunion ? (envois de documents, réponse à nos questions etc etc...)


Pour un maire qui se targue à la fois de transparence et de modernité, il y a encore du chemin à faire, entre la mauvaise retransmission des conseils municipaux (son coupé) jusqu’à une parfaite fluidité de transmission des documents nécessaires pour étudier les problèmes !


ÉCOLE PAUL BERT ET COLLÈGE JULES FERRY
- a/ L’école Paul Bert : Pb de fermeture abusive de la barrière, là encore…, sans aucune concertation des riverains.
- b/ Concernant les travaux à Jules Ferry, incluant l’arrachage des arbres pour y mettre des algécos (15 arbres sur 19 vont bientôt disparaître) pour les classes d’élèves durant les travaux, une réunion aura lieu le 14/05 en présence d’Aurore Jacob, 

MAIS :
« - les travaux  commençant en juillet, « il ne sera pas possible de changer grand’chose...»
(Note ARBC : SAUF SI UNE CONTESTATION IMPOSANTE S’Y MANIFESTE… soyons présents !!)


Mme Virginie Sohier, initiatrice d’une pétition sur le net à propos de ces arrachages, a fait hier un plaidoyer aussi sincère qu’émouvant sur le sujet  (écouté et applaudi par une majorité des présents) en tant qu’habitante de très longue date d’Eaubonne:
« On n’arrache pas comme cela des biens que nous connaissons depuis toujours pour le simple fait de mettre des algécos sur une période de travaux : c’est une atteinte au cadre de vie, à l’attachement des Eaubonnais pour leur patrimoine ! »


Mais rien ne semble atteindre M. le Maire qui a dû prendre des cours de flegme : l’émotion était palpable, lui prenait des notes…, et n’a même pas eu , ne serait-ce qu’un mot de sympathie pour le courage de s’exprimer de cette personne : rien…, de marbre ! Et nous n’avons entendu pour toute réponse que le leitmotiv habituel qui revient régulièrement sur cette affaire : c’est la faute du département… !


D’ailleurs, puisqu’on parle des arbres, il s’est produit un autre fait intéressant à propos de sa défense de « l’action de la mairie pour une ville avec plus d’espaces verts » :
Pour étayer son propos, M. le Maire nous donne des chiffres qui certes donneraient à croire que la Mairie a replanté plus qu’elle n’a détruit… Encore faudrait-il ne pas confondre les chiffres d’un rapport, parlant de plantations de tout petits arbustes en lieu et places (et ailleurs sans doute) d’arbres presque centenaires, ce n’est pas du tout du même ordre, ni écologique, ni environnemental, ni en premier lieu en terme de lieu de vie des Eaubonnais.


REMISE EN CAUSE (UNE ÉNIÈME FOIS) DE LA POSITION D’ARBC À PROPOS DE L’ÉCOLE
Nous passerions presque sous silence, l’attaque assez fourbe du président du quartier Paul Bert M. Pelin vis à vis de M. Di Filippo concernant la remise en question à travers lui de la position d’ARBC concernant l’école des Bussys : « Vous êtes contre ! » « Vous retardez le projet ! » . Cette même personne qui reproche le manque de concertation du maire avec les habitants alors qu’il ne se soucie guère des problèmes du quartier des Bussys…


Nous avons réaffirmé, un peu moins calmement qu’à l’habitude c’est vrai, notre positionnement : « POUR UNE ÉCOLE MAIS CONTRE CE PROJET ! » mais…


Quelle perte de temps !!! :

Si M. le maire avait un peu plus fait confiance aux riverains et aux gens du quartier, bien en amont, une école aurait certainement ouvert ses portes en septembre 2021 et tout le monde aurait été gagnant (une école est nécessaire pour le quartier, mais ne peut pas accueillir un flux de personnes totalement démeusuré au vu de la taille du quartier actuel, de sa voirie et des problèmes de circulation actuels)
Une autre personne, née à Eaubonne, et habitant en limite du quartier de l’Alliance et des Bussys, ancienne enseignante de surcroît, n’a pu que réaffirmer que « bien qu’une école soit obligatoire dans le futur dans le quartier des Bussys, la circulation, notamment des poids lourds, tellement gros qu’ils restent parfois coincés sous le pont RER, est hyper dangereuse sur toute la rue des Bussys, et que le fonctionnement d’une si grande école, avec autant d’élèves est un projet qui produira des catastrophes, c’est sûr ! ».
Les agrandissements du CDFAS et du CFA nous suffiront amplement au niveau désagréments de circulation et stationnements anarchiques. 
Surtout que ce que nous disons depuis bientôt 1 an, à savoir qu’il est tout a fait possible et acceptable de concevoir une école à la taille du quartier actuel : Une école sans gymnase (il y aurait évidemment possibilité de conventions avec le CDFAS, celui-ci étant situé sur le territoire de la commune pour disposer d’un gymnase pour les élèves de cette future école) ni centre de loisirs (par respect pour les riverains et pour les élèves eux-mêmes : d’autres lieu déjà en activité et de surcroît beaucoup plus proches d’espaces verts pourraient complètement recevoir les élèves pendant ces périodes hors scolarité).
Tiens ! À propos d’espaces verts justement : Suite à un long discours du maire sur le nécessaire développement de ceux-ci sur la ville et de son action positive dans ce sens depuis le début de son mandat (n’oublions-pas que la période électorale a démarré… sans dire son nom), M. Di Filippo a posé cette question :
- « Pouvez-vous  nous indiquer quel est l’espace vert le plus proche dans le quartier des Bussys , hormis la coulée verte qui n’est plus ou moins qu’une barrière anti bruit par rapport au BIP ? » 
question restée sans réponse du maire mais remarques affligeantes de ses adjointes.
Mme Meney : «  mais vous avez les jardins privées pour les espaces verts ! »
Mme Charbonnier : «  vous avez le futur parc du Castel !!! »
Des remarques qui démontrent le manque de respect et de considération des citoyens.
Question de Monsieur Lestrat :
« Pouvez vous  M. Le maire nous donner la superficie de la coulée verte et du parc du Castel ? » aucune réponse précise. Encore des indices prouvant le manque de volonté politique de M. le maire sur la prise en compte de l’écologie et du respect de l’environnement.
Au-delà de ces problèmes qui ne sont que la résultante d’une volonté politique d’imposer ses projets à tout prix, nous réaffirmons qu’en aucun cas monter les quartiers les uns contre les autres ne fera émerger une solution. Nous nous interrogeons également sur la position du maire durant ces antagonismes, car à aucun moment dans cette réunion animée, il n’a tenté de « calmer le jeu !! »


Et nous avons à ce propos ceci à dire à toutes et tous qui n’habitons pas si loin les uns des autres :
Attention à ne pas trop se positionner en fonction de peurs et de rejets, ni d’aigreurs focalisées…, Attention à ne pas reprocher à son voisin de se battre pour son cadre de vie, celui-ci est le même pour nous tous… et de plus en politique, les « amitiés » affichées un jour ne resteront pas nécessairement solides dans le futur…


Tous les quartiers (Bussys,Alliance,Gare) sont impactés par cette volonté d’expansion de population au dépend flagrant de nos modes de vie actuels, à plus ou moins court terme.


Et dans cet ordre de choses, les liaisons d’intérêts sont souvent TRÈS mauvaises conseillères…


Un peu plus de bon sens, de compréhension, d’écoute et de solidarité : voilà qui pourraient faire que les choses se développent en harmonie, avec plus de mises en perspective communes et de distance aussi…


EN BREF :
La sécurité au niveau de la gare est assurée par la police municipale


Construction d’une gare routière au niveau de la gare :
Nous avons aussi appris de la bouche de M. Dublineau qu’une gare routière conséquente était aussi à l’étude autour de la gare… agrandissements prévus là aussi avec leurs conséquences sur cet espace déjà TRÈS occupé.


Coût du gymnase Georges Hébert :
Nous avons aussi appris de M. le maire, le coût du gymnase George Hébert : 8 000 000 € (chacun appréciera)


Rejet du budget 2019 :
M. le maire a expliqué selon lui pourquoi le budget 2019 avait été rejeté au cours de 2 conseils municipaux successifs, en essayant de rassurer les gens sur le fait que ces projets seront de toute façon financés car la chambre des comptes devrait attester "la sincérité" de son budget prévisionnel et suivre ses recommandations dans le fonctionnement de la commune…
à suivre donc…
 
EN CONCLUSION : Nous sommes ressortis de cette réunion avec l’impression renforcée :
1/ Qu’un changement de style de vie radical est vraiment prévu à très court terme, planifié et souhaité unilatéralement et sans concertation en amont des riverains, pour l’ensemble du quartier Paul Bert (et surtout tout les Bussys dans son ensemble très prochainement )


2/ Que pas une de ses composantes (Bussys, Alliance ou Paul Bert) n’en sortira indemne


3/ Que plutôt que de nous focaliser sur des points de détails qui,  certes peuvent apparaître cruciaux aujourd’hui (le nb d’élèves des classes, ou l’accroissement envisagé de popoulation par ex.) ne nous en apparaîtront certainement pas moins anecdotiques au vu des changements imposés à chacun de nous, dans notre vie de tous les jours...


4/ Que face à ce futur imposé, l’union et le bon sens devraient plus faire entendre leur voix auprès de notre édile.


fin de la réunion
 
 
 
 
 
 
 
 
-           
 
 

Compte-rendu COPIL (comité de Pilotage) no3 - Projet d'école des Bussys dite école "Sud" – 17/04/2019

Étaient présents : L’équipe municipale, services et directions concernés par le projet, Associations quartiers (ASQA, Bien vivre dans le quartier de la gare Ermont Eaubonne, ARBC), Représentants des Parents d’élèves Rabelais et Paul Bert, Conseil de quartier Paul Bert.


Ce Compte Rendu expose les propositions des équipes municipales et en aucune façon, l’adhésion de notre association ARBC.


ODJ : Etude des problématiques de circulation et de stationnement dus au fonctionnement futur de l’école des Bussys
Mme Marina Sorlin en charge du projet, nous a proposé de débattre, après exposés:
-   des visuels et calendrier pour les recherche en géothermie
-   l’intégration des réflexions ressorties lors des précédents COPIL et la consultation des diverses propositions qui lui sont parvenues depuis, émanant des associations présentes.
-   Une réflexion sur le développement des « circulations douces » dans le quartier
-   L’aménagement global du quartier

Mr Soetaert nous a représenté :
-   Le plan de masse du projet : pas d’évolution depuis le dernier COPIL (01/2019)
-   Un essai de préserver des arbres existants : en collaboration avec l’architecte et le paysagiste : 3 seront conservés sur le parvis de l’école… ( !)
                           
GÉOTHERMIE :
Échéancier planning : un forage profond (150 à 200m) aura lieu début mai pour étudier la possibilité de chauffer l’établissement par ce moyen.


Si cela s’avère positif, le chauffage se fera au moyen de 8 sondes enfoncées profondément dans le sol, qui capteront la chaleur du sol et la changeront en électricité.
 
Question a été posée du planning des travaux de construction de l’école :
-         Un dossier de consultation des entreprises (DCE) sera établi
-         La démolition interviendra en cours du 1T2020
-         Les entreprises retenues recevront un ordre de service début 2020
-         Les travaux auront lieu de mars 2020 à fin 2021
-         L’ouverture est donc prévue maintenant pour la rentrée 2022 (repoussée d’1 an).
 
ARBRES ET VÉGÉTATIONS :
-         3 arbres (seulement !) semblent être préservés…
-         7 arbres de hautes tiges seront plantés dans les cours élémentaires et maternelles
-         Présence de plantes grimpantes
 
CIRCULATIONS DOUCES :
-         Des slides (images) du quartier des Bussys ont été projetés pour nous exposer les sens actuels de circulation : constatation : la rue Mathilde Burgué n’y figure toujours pas comme voie privée ( !)


-         4 places devant l’école


-         Projet de création de pistes cyclables (rue des Bussys… et rue des bouquinvilles…) ARBC a fait remarquer qu’au vu de l’étroitesse des rues, il s’agit plus d’un marquage au sol que d’aménagement de pistes cyclables.


Bien qu’en en convenant, l’équipe municipale, nous a appris plusieurs choses sur leurs intentions :
-         Les aménagements de pistes cyclables impliqueront nécessairement que plus aucune voiture (ni riverains,ni parents d’élèves) ne pourront stationner dans la rue des Bussys !!  

A l’interrogation sur la problématique de stationnement des riverains : la mairie répond que « les riverains possédants « presque » tous des garages, ils pourraient « sans problème » se garer dans leur terrain ».
 
-         Ceci nous a amené sur le terrain des parkings avoisinants (pour les parents d’élèves) : aucun aménagement n’est prévu à l’heure actuelle, hormis les 4 places de dépose-minute devant le parvis… Par ailleurs concernant le parking de la piscine, le maire a précisé que devant l’agrandissement du CDFAS et du CFA, la piscine allait certainement « essayer de « protéger » son parking » …
 
POINT SUR LE COMPTAGE DE VÉHICULES PASSANT RUE DES BUSSYS :
 
Un comptage a été effectué du 4 au 19/02 au bout de la rue des Bussys (appareil posé avant l’arrivée de la rue Henri Coudert (anciennement parking) : ce qui fait que le comptage ne prend pas en compte tous les gens venus déposer leurs enfants à la crèche ou des personnes à la gare, et qui font le tour (il y en a…) par cette rue pour redescendre sur la gare par la rue des Bussys). Le but de compter étant uniquement les voitures qui passeraient devant l’école.
Voici les résultats exposés :
 
-         Débit moyen / jour 24H : 2096 véhicules dont 40 PL (bus et camions)
-         Débit moyen / heure : 87 véhicules
-         Débit moyen / en journée : 1987 véhicules dont 39 PL
-         Débit moyen / la nuit : 109 véhicules dont 1 PL
-         Les samedis : 1837 véhicules dont 16 PL
-         Les dimanches : 1332 véhicules
-         Vitesse moyenne 34 KM/H
 
Nous n’avons pas pu savoir si c’était peu ou beaucoup à leur avis, mais la personne référente au niveau de l’équipe municipale a dit qu’il avait étudié le passage rue des Bouquinvilles, et que « ça passait vraiment beaucoup »
Par ailleurs, il ne s’agit que de moyenne et il n’était pas encore possible d’affiner ces résultats aunombre de passages selon des horaires précis.
 
Nous rappelons simplement que ce comptage a été fait en prévision des travaux de l’école, de l’agrandissement acté du CDFAS, et du CFA (Centre de Formation pour Adulte).
Ces projets sont tous programmés sur la même période : A voir les conséquences immédiates et futures de ces évolutions démesurées sur le quartier.
 
EXPOSÉ ET ETUDES DES PROPOSITIONS FAITES PAR LES ASSOCIATIONS PRÉSENTES, SUR LES AMÉNAGEMENTS POSSIBLES DE CIRCULATION DANS LE QUARTIER DES BUSSYS :
 
-         Proposition de fermeture de la rue des Bussys de 8h15 à 8h35 et 16h20 à 16h40 : rejetée pour cause de non existence de voies alternatives
-         Proposition de rencontrer le CDFAS pour faire un passage vélo/piéton vers le bas des Bouquinvilles (à l’étude)
-         Proposition d’inverser le sens des rues des Bussys et des Bouquinvilles Ceci nous est apparu comme une idée à étudier : En inversant le sens de rotation, cela permettrait aux riverains de la rue des Bussys, Chopin et Mathilde Burgué d’éviter le passage obligatoire par la gare (tout en pouvant toujours s’y rendre en descendant la rue Louis Fievet). D’autre part le passage devant l’école ne sera pas la première étape des parents poursuivant ensuite vers la gare. 
-         Une autre idée serait d’interdire formellement aux camions et Poids Lourds (sauf les bus se rendant à la gare), les rues Louis Fievet et des Bouquinvilles.
 
PÊLE-MÊLE :
 
Déclaration de Mr Dublineau :
- « La rue Mathilde Burgué n’a pas vocation à être le parking de l’école »
- L’affichage du permis n’aura lieu qu’après négociation avec ARBC (moyenne en quoi, le permis a été affiché 2 jours après !!!)
 
EN CONCLUSION:
Tout ceci conforte notre point de vue sur la volonté politique unilatérale de Mr le maire:
Un changement de style de vie radical prévu à très court terme, plannifié et souhaité par la mairie pour l’ensemble du quartier des Bussys et tout ceci, sans concertation aucune des riverains en amont: tous impactés!!!:


Non seulement pour les rues limitrophes du projet d’école, mais pour toutes celles situées entre la rue des Bussys, et celle des Bouquinvilles, privées ou publiques : tous ces lieux de vies verront très certainement leur lot de stationnements abusifs (pas de parking prévu !) et d’embouteillages actuels largement amplifiés par les activités de l’école certes, mais aussi du gymnase, du centre de loisirs, de la salle polyvalente, d’un CDFAS encore agrandi etc…
Une asphyxie en perspective ?

Compte-rendu COPIL  (comité de Pilotage) no 2- Projet d'école des Bussys dite école "Sud" – 28/01/2019

Étaient présents : L’équipe municipale, services et directions concernés par le projet, Associations quartiers Paul Bert, Parents élèves Rabelais et Paul Bert,Conseil de quartier Paul Bert, 


ODJ :
-          Présentation perspectives et carte scolaire :
L’équipe municipale nous a exposé son désir de modifier la carte scolaire Bussys- Alliance  soit 147 enfants à la rentrée 2021.
-          Présentation du plan de masse du projet
-          Centre de loisirs homologué sport et jeunesse DD16 (prévu 100 à 150 places)
Nous avons appris que le centre de loisirs aura la jouissance d'utiliser les installations sportives et la salle polyvalente… : nuisances sonores à prévoir même les jours de repos !!!!
 
1-      Mr Dublineau maire d’Eaubonne nous expose la liste des problèmes extérieurs générés par le fonctionnement de l’école, soulevés par ARBC principalement lors du 1ère comité de pilotage le 13/12/2018 (ainsi qu’au cours de toutes les réunions précédentes depuis Juin 2018 d’ailleurs…):
 
a.           Préservation de la faune et de la flore
b.           Rue Mathilde Burgué
c.           Géothermie
d.           Sécurité aux abords, voirie,
e.           Nb de places minutes 6 (2 en moins !) + place pour un car

À ce propos, question a été posée concernant les « places handicapés »
Réponse : 2 de ce type sont prévues sur les 6 : resteraient-il 4 places pour les déposes des autres élèves ?!!


f.           Parkings inexistants pour les parents (autre que les 4 (donc) « minute »), rv avec les    
              l’équipe enseignante etc…
g.           Constat de l’absence totale de pistes cyclables dans le quartier
h.           Difficultés de stationnement
i.             Présence de poubelles au niveau de la gare
 
Confirmations :
- Construction d’un gymnase de type B dans lequel il est prévu de travailler sur le système d'éclairage pour éviter de déranger le voisinage  en cas d’utilisation en soirée.


- Déplacement de la chaufferie sur le toit de l’école, et d’une étude acoustique poussée, de toits végétalisés, ainsi que d’un dispositif pour la qualité de l’air (qui sera à leur avis 30% supérieure à ce qui est recommandé)


- Concernant les expropriations des parcelles numérotées mentionnées sur le site de l’architecte Badia-Berger, nous avons demandé à Mr Rousseau, de nous envoyer un écrit de la mairie confirmant l’absence de tout projet de préemption des pavillons sur les parcelles nommées par les architectes comme extensions possibles :
Ils vont donc nous envoyer un courrier dans ce sens, mais ne peuvent s’engager sur le long terme… : restons vigilants !


Dans les grandes lignes rien de bien nouveau,
ah si ! : le maire prend note des problèmes et nous demande explicitement d’y « trouver des solutions… pour qu’on les concerte ensemble ensuite »: c’est le monde à l’envers !!!


Vu que les réponses à nos interrogations et suggestions, partagées d’ailleurs par certaines associations présentes, restent sans réponses (Celle par ex. des parents d’élèves de l’école Paul Bert qui confirment les embouteillages monstres récurrents matins et soirs sur cette école :  « les parents en viennent parfois aux mains… !!! »)
Nous ne pouvons encore une fois que constater que l’équipe municipale botte très souvent en touche : « On ne peut rien contre l’incivisme des gens » etc etc,… ou que leurs réponses sont carrément négatives ou évasives.


Bref, cette réunion a été un dialogue de sourds.


Notre avis :
C’est au maire et à son équipe de proposer d’abord des solutions aux problèmes générés par ce projet qui nous est imposé et nous demandons de discuter ensuite de chacune d’elles avec eux.


À eux de revoir leur copie si une majorité d’entre nous les conteste, voire les refuse.


Nous avons réaffirmé notre position en tant que riverains d’un quartier juqu’ici et depuis très longtemps, calme et arboré, subissant de plein fouet ce projet pour lequel nous n’avons ni été prévenus, encore moins concertés en amont.


Si il y avait eu une réelle envie de comité de pilotage, celui-ci aurait été créé dès le mois d’octobre 2018, date d’arrivée des projets d’architectes sur le bureau du maire.


Et pour vraiment préciser :
Certaines idées que nous avons portées depuis juin 2018 (un potager conséquent à l’usage des enfants, une salle de motricité À LA PLACE du gymnase…) sont parfois reprises mais d’une façon réarrangée (mention pour la 1ère fois en réunion d’une salle de motricité…, mais EN PLUS du gymnase !).


Elles sont réinterprétées dans le seul sens du projet initial, sans réelle discussion ultérieure, nous plaçant une fois de plus devant le fait accompli.


Alors qu’elles étaient émises dans l’optique d’une nouvelle direction globale d’école (un GRAND potager par exemple pouvant servir à une réelle éducation écologique de tous les élèves de la maternelle aux CM2), ces idées sont parfois reprises mais détournées et sur-ajoutées au projet existant (cette idée devient par ex.: un PETIT potager de quelques mètres carrés dans la cour des maternelles !!):
LA FORME SANS LE FOND !
 
Gymnase et équipements sportifs sur Eaubonne:
Mr Béguard, directeur aux sports et loisirs précise que « les installations sportives sont à flux tendus sur la ville donc qu’il y a besoin de ce gymnase ».
 
Pour petit rappel :
 
le nouveau complexe sportif Hébert prévu à Eaubonne fin 2019 est énorme !! :
Il comprendra de très grandes salles dont une pouvant accueillir 800 personnes et les aménagements à l’avenant…
Effectivement, à l’heure actuelle, il y a peut-être constat d’un manque de place, mais dès la fin de l’année, ce problème sera résolu.
D’ailleurs, on peut s’étonner qu’au vu du PLU, et constatant qu’Eaubonne est déjà LA ville la mieux dotée du Val d’Oise en équipements sportifs, qu’il y ait encore besoin d’un grand gymnase supplémentaire dans notre quartier : comment font les autres villes sur leur territoires alentours ?


La seule implication de la présence d’une telle structure est bien plus inquiétante : 
Un changement de style de vie radical prévu, plannifié et souhaité par la mairie pour l’ensemble du quartier des Bussys à plus ou moins court terme !!!:
Impliquant nécessairement les constructions de beaucoup plus d’immeubles en lieu est place de la majeure partie des pavillons dans tout le quartier des Bussys…
C’est que nous dénonçons depuis le début !
 
Mais, revenons à cette réunion :
 
Ce qui s’est dit à propos:
-         De la préservation de la faune et de la flore, de l’écologie :
Nous avons réaffirmé notre inclinaison pour un projet d’éco-école similaire à celui envisagé sur Bessancourt. La personne ayant piloté ce projet était présente, et nous a dit que la configuration y est totalement différente, le potager destiné aux enfants étant en dehors de l’école, de l’autre côté de la route…
Nous lui avons répondu qu’ici, ce serait encore mieux car tout serait au même endroit, pas de déplacement !


-         De la géothermie :
 des forages sont en court sur le terrain pour étudier la possibilité de chauffage par les sols, aucuns n’avaient été faits avant...


-         De la sécurité aux abords, voirie, flux de circulation, pistes cyclables :
 La rue des Bussys est déjà trop étroite pour le passage des bus, une piste cyclable serait beaucoup trop dangereuse, à moins d’élargir la route… ( !)
D’une manière générale, les rues sont actuellement trop étroites pour pouvoir faire des aménagements
 
-         De la sécurité des enfants et du stationnement :
 L’association des parents d’élèves de Paul Bert a réaffirmé le véritable capharnaüm vécu matin et soirs aux abords de l’école, Idem à l’école Rousseau, malgré la présence de parkings que peu de personnes utilisent. Pas ou trop peu de présence de la police municipale.
 
Nous partageons ce point de vue sur l’incivisme d’un grand nombre,
 
d’autant plus qu’aucun parking digne de ce nom n’est envisagé sur l’école des Bussys : Anarchie totale à prévoir !
 
AVIS PARTAGÉS PAR L’ENSEMBLE DES PARENTS D’ÉLÈVES
Qui nous a amené à la conclusion suivante :
« Il serait vraiment très dangereux de ne pas anticiper ces problèmes de flux de circulations et d’endroits destationnement des parents : ;il est nécessaire de les résoudre au plus vite dès maintenant. »
Marina Sorlin, Directrice de l'urbanisme a utilisé le terme  de "désengorger le quartier" par rapport à la sécurité : 

OUI MAIS COMMENT ? pas de réponse de sa part…
 
À nous de trouver ?!!
 

La sécurité des flux est le problème majeur du quartier

 
Sujets non traités, suggestions des associations laissées sans réponse. (idée par ex. d’une possibilité de signer des conventions avec le département pour l’usage des parkings existants sur la piscine des Bussys, c’est aussi ce que ARBC avait suggéré au maire d’Eaubonne depuis le mois de septembre 2018…) La mairie reste muette.
 
Concernant la circulation et l’étude des flux de circulation dans le quartier sud :
La mairie n’a pas l’appareil nécessaire pour faire une telle étude: Ils n’ont donc pour l’instant aucun résultat et nous notons une fois de plus qu’ aucune étude de flux dans le quartier n’a été réalisé en amont...


Pour un tel projet, ça nous paraît aberrant (mais de moins en moins surprenant ) !
Ce problème est à tel point majeur que les parents d’élèves demandent de « pacifier » le secteur !
 
Réception par la mairie du courrier d’avocat ARBC :
La séance s’est clôturée par la confirmation du maire de la réception du courrier d’avocat ARBC « qui casse ma confiance » a-t-il dit … mais qui ne l’a pas empêché d’ajouter que malgré tout, il avait maintenu cette réunion du comité de pilotage, par souci de concertation…


Nous attendons sa réponse et/ou celle de l’avocat de la mairie.
 
En conclusion :
 
Nous pensons que la ligne tenue scrupuleusement par Mr le maire et son équipe depuis le début tient en 2 points :
 
-               1/ Avancer quoi qu’il arrive sur le déroulement du projet selon le calendrier prévu,
             quels que soient les résultats des « concertations »:
             espérons que cette lettre d’avocat le(s) fasse(nt) réfléchir …
 
-               2/ Procéder à des réunions de ce qu’il(s) nomme(nt) comité(s) de pilotage
                (pour peut-être donner des gages de bon déroulement à certaines instances… ?)
 
C’est en fait une manière de gagner du temps (faire durer les échanges, répéter quasiment les mêmes choses d’une réunion à l’autre…) :
 
Mis à part quelques aménagements de surface, aucune solution réelle allant dans notre sens n’est proposée. 
Le maire n’a pas, en l’état du projet, de solutions viables aux questions de bon sens que tout le monde lui pose : malgré cela, aucune remise en question n’est abordée avec nous sur le fond.
 
Nous constatons quand même que, bien qu’ARBC soit décrite en permanence comme une association de râleurs et d’empêcheurs de tourner en rond », pour le moment, le maire, sans changer son projet, reprend certains de nos arguments, quitte à les modifier à sa convenance:
 
-         Aménagements des fenêtres du gymnase pour l’éclairage
-         Un peu plus de verdure, voire même un jardin (!)
-         Le déplacement de la chaufferie
-         L’annulation de la bande utilisée rue Mathilde Burgué
 
Mais c’est loin d’être suffisant pour correspondre à ce que devrait être une réelle concertation ; Si nous continuons à jouer ce jeu, nous allons nous épuiser pour rien.
 
En tant que « pilote en chef », nous trouvons sa position dangereuse, méprisante et sur le fond irrespectueuse vis à vis de ses concitoyens et de notre association ...
 
 

Compte-rendu COPIL  (comité de Pilotage) no 1- Projet d'école des Bussys dite école "Sud" – 13/12/2018

Compte rendu de l'entrevue du 13 décembre 2018 avec Mr le Maire
Nous avons rencontrés le maire et son équipe en présence de différentes associations (Conseil de quartier Paul Bert, Association de Sauvegarde du Quartier de l'Alliance, 2 parents de l'école Rabelais, l'association Bien vivre dans le quartier Ermont Eaubonne et l'ARBC).


Le maire a commencé par nous présenter l'avancé du projet, nous a annoncé qu'il allait déposer le permis d'ici la fin de l'année (voir vers mi-janvier 2019).
La mairie est en attente des plans modifiés de l'architecte.


Point situation du permis de Mr Rousseau :
modification et diminution du gymnase à 8 m
o        gymnase 600 m2
o        remise au niveau de la rue
o        18 places stationnement


Plan repris par l'architecte (Avant Projet Détaillé)
o        architecte retravaille dessus
o        remis à la mairie très prochainement


Notre présence était dans l'optique de faire une « commission de pilotage » concernant les problématiques autour du projet de l'école.
Les représentants des associations FCPE et CPEA qui étaient conviés à l'origine se sont retrouvés écartés de cette réunion car le maire ne voulaient pas nous donner l'impression que les « gens » tombent dans un « traquenard » (???).
Une autre réunion publique sera programmée, mais nous n'avons pas de date.
Le sondage a été remis à la mairie et les résultats ont été repris point par point par David Di Filippo et Lionel Ménard
Les autres associations ont semblé intéressé par les résultats et nous ont rejoint sur certains points.


M. le Maire nous a donné les informations suivantes :

o        déplacement de la chaudière et si possibilité selon études d'une pompe à chaleur pour installation de géothermie
o        confirmation qu'actuellement 150 enfants au sud de la voie ferrée vont sur Paul Bert, qu'il y a 56 enfants Eaubonnais à Jean Jaurès (Ermont) et que effectivement d'autres enfants de la zone nord devront être nécessaire pour remplir l'école.
o        Que le problème de stationnement et de circulation restait un problème et que la commission de pilotage devrait servir à trouver une solution


En conclusion : Aucune sensibilisation de la part de la mairie à nos arguments
 
 
 
 
 
 
 
 

Compte-rendu Réunion publique - Projet d'école des Bussys et Quartier de la gare – 23/10/2018

ODJ :
-          Propositions du maire concernant le projet d’école
-          Contre-propositions de l’association

 
1-      Récapitulatif des demandes :
a.       Statut des rues
b.      Dimensions des bâtiments
c.       Politique environnementale
d.      Nuisances provoquées par le projet
2-      Présentation des 4 projets en étude depuis la dernière réunion
a.       Modifications apportées au projet : 4 hypothèses ont été étudiées


Hypothèse 1 : Projet initial avec gymnase de type C : hauteur 13 mètres
Hypothèse 2 : Hauteur du gymnase retravaillée (avec parking en sous-sol), la configuration des bâtiments n’est pas modifiée, seul le                                   parking subit une modification (8,8m vs 13,5m de hauteur).
                            Le porte à faux vient empiéter sur le trottoir, la cour de récréation voit sa surface réduite.
                            +800k€ de surcoût sur cette hypothèse du fait des problématiques techniques de mise en place.


Hypothèse non retenue.


Hypothèse 3 : Réduction de la hauteur du gymnase type B (7 mètres) vs type C, plus de parking enfoui => réduction du nombre de                                       places de parking (18 au lieu de 32), conservation de places en aérien sur la partie arrière du parking.
                            Pas de modification des surfaces des cours de récréation. Centre de loisirs prévu pour 150 enfants.


Hypothèse conservée, soumise aux riverains.
Gymnase empêche toute compétition, réservé aux projets scolaires.


Hypothèse 4 : Gymnase de type B (Hauteur 5 m) vs gymnase de type C.
                            Pas d’impact sur les surfaces des cours de récréation, conservation de la configuration du centre de loisirs
                            Réduction du nombre de place de parking : 18 vs 32 places.


Hypothèse non retenue par la mairie car gymnase trop petit.


Flux de circulation et nuisances diverses :
- Passage de bus
- Dépose des enfants
- Véhicules de livraison
- Sorties des élèves du CFA (excès de vitesse constatés par les riverains)
Entrée/sortie des résidents, gênée par le dépose-minute (10 places).


- Parking de la piscine : quid de son utilisation ? sur les heures d’affluence (entrée et sortie d’école)
Les riverains demandent l’étude de solutions alternatives au niveau du plan de circulation, pour la fluidification de circulation et le cheminement en sécurité des utilisateurs (enfants, parents, riverains).

Quelles opportunités d’utiliser certains parkings de la piscine ? La mairie serait en tractations avec la piscine.
Selon Mr le maire, la question des abords de l’établissement est considérée de très près.


Chaufferie : quid du dispositif de chaufferie ? accolé à un pavillon (le responsable technique affirme que la chaufferie n’est pas bruyante et ne génèrera pas de nuisances sonores) et propose à la riveraine concernée de constater physiquement le bruit généré par une chaufferie de ce type (déjà installée sur certains bâtiments de la ville).


Pas de récupération des eaux de pluie, pas de prise en compte de la dimension écologique (dernier poumon vert du sud d’Eaubonne).
Le projet pédagogique ne prend pas en compte l’écologie.
Problèmes liés aux pluie intenses : le projet a été travaillé, de manière à envisager des revêtements absorbants permettant le drainage des eaux de pluie.
Le problème des inondations sous le pont SCNF est soulevé.


Les riverains soulignent les nuisances sonores qui seront impliquées par le centre de loisirs non seulement en période scolaire mais pendant TOUTES les vacances scolaires : toute l’année. N’y a-t-il pas possibilité de le construire ailleurs (à Rabelais par exemple). L’équipe municipale répond que le budget serait trop conséquent.


Dimension écologique :
Le maire évoque un travail conjoint avec des associations pour prendre en charge un certain nombre d’espèces => obligation légale (du moment où présence d’espèces protégées).
A minima une étude de faune et flore doit être faite.


Etude d’impact écologique :
Raison de la construction : sud de la ville dénué de services publics, existant ne peut absorber et accueillir la croissance démographique, d’où l’école provisoire à Rabelais.


Groupes scolaires à saturation (4 ouvertures de classes en deux ans sur Paul Bert par ex).


Calendrier :
Dans le scénario 1 : le permis peut être déposé demain.
Report de 5 semaines, du dépôt du permis de construire si nous confirmons le choix avec gymnase de type B (7m)

 => La mairie attend notre confirmation de choix de projet pour le lundi 29 octobre
Lionel Menard (Président de l’association ARBC) précise que si le permis de constuire est déposé en  l’état, 

une lettre sera envoyée au Préfet pour bloquer le projet.


Pourquoi pas sur Rabelais ?
Révision du PLU : il fallait recenser 5 zones pouvant recevoir des constructions (zone près des gares sont prépondérantes) d’accueil collectif.
Recensement de 350 maisons permettant d’avoir une base de référence pour la constructibilité des parcelles
Encadrement de la constructibilité des parcelles
Le PLU d’Eaubonne soumis récemment est passé au chausse pied.


Densification de la zone d’Ermont Eaubonne : préservation du quartier via le projet Promogim (résidence étudiante et quota logement social respecté).
Des projets à hori

on 2030 vont permettre à la ville de remplir ses obligations de densification, dans d’autres zones identifiées.
Si l’école n’était pas faite, c’était la porte ouverte à un ensemble de logement collectif.


Manque de communication de la mairie vis-à-vis du projet.


Cahier des charges précis pour définir l’aménagement, conjointement avec l’équipe enseignante.


Quelles sont les modalités de recueil des préférences des riverains concernant l’option de construction ? => Mail à envoyer au responsable technique de la ville  (sondage réalisé le jour de la réunion)


Concernant le statut de la rue Mathilde Burgué, la Mairie propose une rétrocession (gratuite) des parcelles privées, une règlementation de stationnement en durée limitée et une barrière aux heures d’ouverture de l’école.


Le maire conclut la réunion en remettant à Monsieur Menard les documents demandés lors de la dernière réunion (extraits du PLU…)
 
 
 
 
 

Compte-rendu Réunion publique - Gymnase et abors et fonctionnement de la rue Mathilde Burgué – 22/10/2018

Sujets abordés :
-         Le gymnase
-         Les abords et le fonctionnement de la rue Mathilde Burgué

 
L’équipe de la mairie a travaillé sur 4 projets :
 
1.      Gymnase de type C avec  parking enterré =>  non retenu car problème nappe phréatique + coût (800 K€)
2.      Gymnase de type C avec  parking au niveau de la rue : impact sur la cour (200 m2 en moins + excroissance sur la rue des Bussys)
3.      Gymnase de type B :  7 m de haut – niveau 0 : représente la moitié d’un gymnase de type C . Alignement sur la rue des Bussys (pas de débords). On est à  8.5 m en hauteur totale.
4.      Gymnase de type B :  5 m de haut – niveau 0 =>  non retenu car trop bas
 
Salle polyvalente :
100 m2. Elle sera dédiée à l’école (musique, chorale). Elle n’a pas vocation à être louée. Elle n’est pas équipée (pas de cuisine)
 
Point sur la rue Mathilde Burgué :
Le maire affirme que la rue est à moitié publique et à moitié privée et qu’il est donc impossible de la fermer. Il propose une rétrocession de la rue à la ville (pour un euro symbolique…) + pose d’une barrière pour fermer la rue aux heures d’ouverture de l’école uniquement (cf Paul Bert)
 
En contrepartie, il propose d’entretenir la rue et de travailler avec nous les emplacements de parking nécessaires, de passer la rue en zone bleue sauf pour les riverains à qui il promet un macaron de gratuité par foyer.
 
M. Ménard redemande  ce qu’il en est de l’enquête publique : la mairie répond que le projet n’est pas soumis à une étude d’impact et qu’une enquête publique a été faite au moment du changement du PLU.
 
L’Association évoque le sujet de la chaudière accolée au mur d’un riverain : la mairie répond qu’il n’y aura aucun bruit et que ce n’est  pas un point de blocage.
 
Nous avons également évoqué l’aspect écologique du projet ainsi que la taille de l’école : le maire a répondu n’avoir «  pas eu le temps de s’occuper des hérissons »  et que le toit végétalisé est suffisant pour absorber les excédents d’eau de pluie…
 
Il ne touchera pas au projet dans son ensemble : il ne veut pas entendre parler d’une école « écologique ».
 
Centre de loisirs : il ne compte pas le remettre en question. Il veut un Centre de loisirs sur le sud d’Eaubonne.
 
En conclusion le Maire dit qu’il présentera demain lors de la réunion publique les 2 projets afin de déposer dans la foulée le permis de construire afin de respecter ses délais.


A nous de décider des suites à donner (tribunal ?)

Compte-rendu Réunion publique - Situations financières des rues Mathilde Burgué et Chopin – 27/09/2018

Compte Rendu de la réunion d’information Mairie
du 27/09/2018 à 20 :30 Gymnase Paul Bert
sur la situation foncière des rues Mathilde Burgué et Chopin à Eaubonne
 
 
En présence de Mr Dublineau, maire d’Eaubonne et de ses conseillers.
 
 
ARBC ne rejette absolument pas le projet d’école en lui-même :
 
Mr Lionel Ménard ouvre la séance en exposant dès le début de cette réunion, la position de l’association de riverains ARBC qui ne rejette absolument pas le projet d’école en lui-même, mais désirerait exposer le point de vue de ses membres sur les aménagements et redimentionnements possibles, en concertation avec l’équipe municipale porteuse du projet initial.
 
Ces propositions tournent autour de plusieurs axes :
 
-          Taille du projet, jugé disproportionné pour le quartier, tant au niveau de l’affluence de 300 élèves et leurs parents, matin et soir, que de nuisances multiples (sonores en particulier)
-          Problèmes de circulations et de stationnements déjà problématiques, et très certainement accrus du fait de la présence d’un groupe scolaire, d’un gymnase de type C (le plus grand)
-          Prise en compte et valorisation de la parcelle actuelle qui est le seul « poumon vert » restant du sud de la ville.
 
Mr Le Maire prend note et propose que la réunion se poursuive, comme il  l’ avait prévu, par l’exposé de Melle Vatonne sur les recherches d’antériorité de propriété des rues Mathilde Burgué et Chopin.
 
Rue Chopin : projet de préemption parcelle n°516:
 
À propos de la partie de la rue Chopin, il apparaît tout de suite que la mairie, (contrairement à la déclaration de Mr le Maire faite lors de la réunion du 27 juin, par laquelle il avait mentionné sa volonté de ne pas « toucher » à la rue Chopin), a prévu de préempter la parcelle n°516 (suite à la vente du pavillon auquel la parcelle est liée).
 
Le motif étant que cette parcelle correspond à de la voierie, les nombreuses questions concernant l’interêt de la mairie à préempter n’ont pas obtenu de réponses claires de la part de M. Balloy, seul le caractère de voirie est retenu…
 
Mr Fuzat a donc souligné que cette incohérence de propos et d’action (par rapport à ce qui avait été précédemment annoncé) ne jouait pas en faveur d’une grande confiance dans le futur des relations riverains - Mairie, et a demandé à Mr  Dublineau si l’intention de la mairie était par cette future acquisition, d’élargir la rue Chopin ?
 
La réponse a été à ce jour négative arguant  des dépenses déjà engagées pour le projet actuel, ce qui ne présage en rien de l’avenir, rappelons que sur le plan il est toujours mentionné une possible extension du projet.
 
Mr Le Maire prend note et propose de continuer l’exposé sur l’historique.
-          en 1921 a été passé une convention entre le propriétaire Mr Laimé et la ville pour la viabilisation de la rue Mathilde Burgué et que M. Laimé en resterait le seul propriétaire
-          en 1966, il y a eu l’établissement d’un plan d’alignement concernant le bout de l’allée et sa connexion avec la rue Chopin.
 
L’exposé de la mairie se termine par : « un faisceau de présomption en faveur d’un statut de voies publiques pour les 2 rues » !
 
Rue Mathilde Burgué :
 
Mr Damien Niculae mentionne alors le courrier de l’ancien maire Mr Petit qui fait état du statut privé de la rue M Burgué (1987).
 
Mr Lionel Ménard, produit ensuite les autres éléments recueillis cet été en faveur du statut privé de cette voie.
 
Mr David Di Filippo demande si la rue est inscrite au registre communal. La réponse est non, ce qui joue en faveur de son statut privé.
 
Mr Balloy pose alors la question que se pose la mairie en dernier recours : qui en est le propriétaire ?
 
Position de la mairie :
 
Les élus répondent à ces arguments que le statut « privé » a été reproduit automatiquement dans les textes municipaux et notariaux (!) par simple recopiage (!!) et sans vérifications (!!!) et que le manque de preuve de propriété réelle remet maintenant le statut de cette rue en question.
 
Position de l’association ARBC et des riverains présents :
 
-          Ceci ne constitue pas une preuve du statut publique de la rue, et c’est à la mairie de fournir une telle preuve.
-          Il semblerait que lorsque quelque chose, une position ou un statut est prorogé et/ou maintenu pendant un laps de temps suffisant , il/elle soit acquis(e)  de fait, ce qui semble être le cas.
 
Demandes de l’ARBC et des riverains:
 
Mr Lionel Ménard demande à ce que soient envoyés à l’ARBC, les plans actualisés du projet d’aménagement de la rue Mathilde Burgué et du projet actuel de l’école  qui a semble-t-il subi des modifications : Mr Dublineau  accepte.
 
Mr Lionel Ménard expose la demande de l’ARBC que la rue soit refaite, en concertation avec les riverains et fermée à la circulation, avec droits de passage laissés aux camions de cantine et de voirie, ceci pour plusieurs raisons :
 
-          Éviter le stationnement des voitures des parents venant chercher ou déposer leurs enfants, du personnel technique et enseignants
-          Comme partie de compensation  de la dévalorisation financière des pavillons mitoyens de l’école.
-           
Mr le Maire prend note.
 
S’en suit une discussion animée sur les différents problèmes que le projet actuel fait peser sur le quartier, par son caractère disproportionné, tant au niveau de la circulation (les bus arrivent tout juste à passer, présages d’embouteillages monstres à l’arrivée et au départ des enfants…), qu’à celui des constructions « annexes », à savoir :
 
-          Un centre de loisirs d’une capacité de 150 enfants (nuisances sonores accrues)
-          Un gymnase de type C (le plus grand, pouvant accueillir des associations)
-          Une salle polyvalente (d’autres salles disponibles sous contrat dans le quartier,
      la salle des Bussys près de la pisicine n’étant par exemple, que faiblement utilisée)
-     Les problèmes écologiques que porte ce projet
 
En effet, en l’état, il réduit quasiment à néant le seul terrain vierge, d’origine du sud d’Eaubonne, au sein duquel, à l’inverse des jardins cultivés autour des pavillons, se sont installées des espèces animales protégées.
Ce terrain constitue à ce jour le seul « poumon vert » du quartier.
Problèmes pour lesquels, à la connaissance des riverains, aucune étude d’impact, ni enquête publique n’a été réalisée en amont… tout au moins avec les premiers concernés, c’est à dire nous !
 
La mairie a répondu qu’il n’avait pas été fait d’étude d’impact du projet car il n’y avait pas d’obligation d’en faire .
 
L’association ARBC demande à ce que le projet soit réaménagé, et que par une concertation réelle, il soit beaucoup plus adapté à la vie actuelle du quartier.
 
Dans ce sens, plusieurs propositions sont faites :
 
-          Proposition d’une école adaptée au quartier actuel, avec (Mr Fuzat) une attention à la nature, particulière à l’éducation des enfants par l’écologie qu’offre ce terrain vierge. C’est une démarche très actuelle spécialement prônée pour les petits de maternelle et les élèves des niveaux élémentaires, qui a déjà fait ses preuves dans les pays du Nord de l’Europe et qui s’installe de plus en plus en France.
Ceci constituerait aussi un atout supplémentaire du bilan de Mr le Maire, en éclairant son mandat actuel d’un esprit réellement novateur, proche des préoccupations écologiques de ses administrés.
Ce développement écologique de la ville est d’ailleurs de plus en plus relayé par les médias actuellement.
-          Proposition d’un gymnase de type A, plus petit et dédié uniquement aux activités de l’école.
-          Pour les centres de loisirs, il y a d’autres lieux actuellement en activité, qui peuvent accueillir les enfants, donc exit le centre de loisirs.
-           
Mr Dublineau prend note.
 
Réponses de Mr Dublineau, concernant :
 
-          La nécessité d’une école dans ce secteur.
 
Le secteur sud de la ville a connu un très fort développement d’habitants (?) sur une surface réduite d’à peu près 15% (?) qui devrait se poursuivre dans le futur. L’école Paul Bert est actuellement la seule du quartier, il y a déjà actuellement quelques 210 élèves (7 classes) en surcharge. Ce qui a amené la mairie à gérer ce problème en catastrophe : Création d’une école provisoire rue Rabelais, qui sera agréée crèche d’une capacité de 30/40 enfants.
 
Les riverains ont redit qu’ils n’étaient pas opposés à la création de cette école rue des Bussys (à ce propos, Mr Noël Sauterre, responsable technique du projet , a exprimé clairement son doute…)
 
 
-          Le gymnase, le centre de loisirs et la salle polyvalente :
 
Mr le Maire nous a redit que le CDFAS (que nous avions mentionné comme lieu alternatif) était une salle à louer et très occupée… : « La présence d’un gymnase dans cette école est évident, de même qu’un centre de loisirs »
 
Mr Di Filippo a lu l’extrait d’un article du maire, datant de 2017 mentionnant que la ville d’Eaubonne était parfaitement dotée en matière de salles de sports. Donc pourquoi construire à nouveau un si grand gymnase ?
 
 
Les riverains l’ont exhorté une fois de plus à être un peu plus novateur et à ne pas se contenter d’une situation qui peut encore changer, si la volonté politique est réelle.
 
En effet, de même que pour la question écologique et les solutions à trouver il faut absolument que Mr Dublineau propose des solutions alternatives novatrices.
 
Concernant le CDFAS, il y a par exemple peut-être la possibilité de passer un contrat d’usage scolaire, même si cette initiative n’a pas été suivie d’effet par le passé.
 
Concernant le centre de loisirs, il n’a pas été donné d’éléments prouvant que d’autres solutions étaient possibles dans les lieux déjà existants à cet effet, sur la ville.
 
Concernant la salle polyvalente, Mr Dublineau a été simplement dit que cette salle pourrait servir de salle de musique pour l’école et de bureau de vote .
A quoi, il a été répondu par les personnes présentes que le bureau de vote pouvait se tenir dans un autre endroit (ex ; petit gymnase, salle de classe..) : pas de réponse de la mairie qui en profité pour poursuivre
 
-          L’écologie :
 
La mairie prend le problème des espaces verts globalement. Plusieurs choses ont été faites en ville, pistes cyclables par exemple… etc…
Nous lui avons demandé de recentrer son propos sur l’école et notre proposition,
Sa réponse a été alors de nous exposer les 2 axes de sa politique écologique de la ville:
 
-       Type d’école à norme écologique…
-       Écologie autour de l’école…
 
Ce qui, en dehors du manque de netteté, n’est apparue ni adaptée, ni constructive dans les faits.
 
 
Mr David Di Filippo a demandé à Mr le Maire si il était motivé par nos propositions, voici sa réponse :
« Chez moi, tout projet doit se faire dans le cadre de la discussion (…) J’ai bien entendu ce que vous avez dit… »
 
Mme Valérie Duhamel a demandé pourquoi ce projet avait été choisi et qui l’avait choisi (membre du jury) : 

la question est restée sans réponse
 
À notre demande de révision du projet sa réponse a été :
« On va regarder avec Mr Sauterre si le projet peut être changé ».
Nous lui avons demandé sous quel délai il pourrait répondre à cette question :
la réponse a été environ 15 jours
 
À propos de la rue Mathilde Burgué : fermeture ou pas ? :
Réponse : « Je ne peux pas répondre pour le moment »
 
Mr Fuzat a émis l’hypothèse d’un fonctionnement futur des riverains des 2 rues sous forme de syndic
 
Rendez-vous a été pris pour une 3ème réunion avant les vacances de Toussaint
 
Fin de la réunion
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Compte-rendu Réunion adhérents - Lancement de l'association A.R.B.C – 15/09/2018

ASSOCIATION A.R.B.C.
Compte rendu de la réunion du 15 septembre 2018
Etaient présents :
LE MEUR Cécile + Florent – 23 rue M. Burgué
DI FILIPPO David + Fadila – 4 rue Chopin
DI FILIPPO Serge + Mick – 3 rue Chopin
LIMOUZIN Vincent – 2bis rue M. Burgué
ARNAU Marie-Odile + BONNET Pierre – 18 rue M. Burgué
FACON Olivier + Isabelle – 8 rue M. Burgué
NICODEME Rémy + VERA Anne-Stéphane – 1 rue Chopin
MENARD Lionel + Caroline + Aurélien – 8 rue M. Burgué
CARTIER Thierry – 4 rue M. Burgué
LE STRAT Jean-Paul – 29 rue des Bussys
CHAMAYOU Christian – 21 rue des Bussys
DELAFENETRE Edwige – 66/68 rue des Bussys
FRACHOT Anne-Marie + HANSEN Hugues – 46 rue des Bussys
CLARO Jean – 58 rue des Bussys
THOMAS Marie-José – 50 rue des Bussys
CASTRO Jacqueline – 6 rue Chopin
DUHAMEL Valérie – 52 rue des Bussys
BENZAQUI Sam – 14 rue M. Burgué
 
Excusés :
NICULAE Damien
CAILLET Eric
 
La réunion est menée par le Président de l’Association : Lionel Menard :
 
-         Rappelle l’objet de l’Association à tous les participants
-         Confirme la création de l’Association ainsi que l’ouverture du compte bancaire
 
Questionnement sur la dévalorisation des habitations très proches de l’école
Il rappelle que l’Association n’est pas contre le projet d’ouverture d’une école mais plutôt contre l’ampleur de ce projet.


Points de blocage :
-         Gymnase : trop grand
-         Centre de loisirs => nuisances sonores… au-delà de horaires d’ouverture de l’école
-         Salle polyvalente => idem centre de loisirs
 
Certains riverains sont plus directement touchés par les différentes installations :
-         Gymnase : 13 mètres de hauteur => David Di Filippo évoque la possibilité d’une alternative en proposant un gymnase plus petit (de type A).
-         Chaufferie 
-         Emplacement de la restauration scolaire : livraison + dépôt des ordures
-         salle polyvalente
 
Le Président rappelle qu’une réunion avec le Maire aura lieu le 27 septembre à 20H30 dans le réfectoire de l’école primaire Paul Bert, 92 boulevard de la République. 

Cette réunion a pour objet la restitution de la synthèse des recherches effectuées par la mairie concernant le statut de la rue Mathilde Burgué


Un participant évoque le fait que si le projet est d’utilité publique, il n’a donné lieu à aucune enquête publique préalable.


Concernant la possibilité d’attaquer sur les nuisances :
-         bruit : non (aucune jurisprudence dans ce sens)
-         centre de loisirs :  possibilité de réclamer un dédommagement, voire l’annulation du projet ?


Concernant le dépôt du permis de construire prévu en septembre, le Président rappelle qu’il ne pourra pas être déposé avant la réunion du 27 septembre en raison du statut de la rue.  Il rappelle également que le délai de recours auprès du tribunal administratif est de 2 mois après dépôt du permis de construire


Environnement : Le 12 septembre, Lionel Menard et Vincent Limouzin ont rencontré Monsieur Bernard Loup, représentant de l’Association Val d’Oise Environnement, association agréée au titre de l’environnement du Val-d’Oise. Il ressort de cette rencontre que, dans le cadre d’un éventuel recours au tribunal, et au regard des autres actions menées dans ce sens précédemment par Val d’Oise Environnement, le problème environnemental n’est pas primordial pour un tel projet.
Monsieur Loup nous conseille plus d’orienter le litige sur le statut de la rue Mathilde Burgué, juridiquement plus recevable. Il est cependant d’accord pour que Val d’Oise Environnement nous aide dans notre démarche. Il fera son possible pour être présent le 27 septembre.


S’il se confirme que la rue est privée :
-         Souhait des membres de l’Association de la fermer : quid problème des enlèvements d’ordures… ?
-         Comment obliger le maire à revoir sa position ?


Certaines personnes ont également évoqué le problème de la sécurité aux abords de l’école.